10 mai, Fontenay-sous-Bois

Commémoration des abolitions des traites et des esclavages dans le domaine colonial français.


jeudi 26 avril 2012

dimanche 15 avril 2012

Joseph Conrad, Le nègre du Narcisse

Paru en 1898, ce roman est considéré comme l'un des chefs-d'œuvre de Joseph Conrad. L'histoire ensorcelante d'un Nègre atteint de tuberculose qui use de sa maladie pour manipuler l'équipage d'un trois-mâts. 

C’est seulement dans l’imagination des hommes
que chaque vérité trouve une existence réelle et indéniable.
L’imagination, et non l’invention,
est le maître suprême de l’art, comme de la vie.

Joseph Conrad
, Le Nègre du « Narcisse »
«La tâche que je m’efforce d’accomplir
consiste par le seul pouvoir des mots écrits,
à vous faire entendre, à vous faire sentir
et, avant tout, à vous faire voir.
Cela et rien d’autre mais c’est immense
».
Joseph Conrad, Le nègre du «Narcisse»

Joseph Conrad, un homme de la mer

Joseph Conrad, Gdynia ubt
Monument à Gdynia, Pologne
1874 : De Marseille il part à la Martinique comme passager sur le Mont-blanc
1875 : Retour Marseille sur le Mont-Blanc comme novice
1876 : Départ pour la Martinique comme steward sur le Saint-Antoine
1878 : Embarquement sur le Mavis ( Anglais) pour Malte il reste à faire du cabotage en angleterre avant d'embarquer comme matelot sur le Duke of Sutherland pour l'Australie
1880-1881 : 2ème lieutenant sur le Palestine vers Bangkok
1883 : Retour en angleterre embarquement sur le Riversdale comme lieutenant
1884 : Retour en angleterre ,il y passe ses examens maritimes
1885-1887 : Séjour en extrème orient
1888 : il va prendre le commandement d'un voilier l'Otago à Bangkok
1889 : Retour en Angleterre
1890-1993 : Il commande un vapeur sur le fleuve Congo durant 3 ans. Le S/S Roi des belges
1891 : retour en Angleterre embarquement comme second sur le Torrens pour Adelaide
1894 : Fin de sa carrière maritime

Lire le Nègre du Narcise

Catalogue Bnf pour "Le nègre du "Narcisse"

Le texte en anglais

Project Gutenberg's "The Nigger Of The "Narcissus", by Joseph Conrad.

 

 And here is the Suppressed Preface

4° de couverture
A work that aspires, however humbly, to the condition of art should carry its justification in every line. And art itself may be defined as a single-minded attempt to render the highest kind of justice to the visible universe, by bringing to light the truth, manifold and one, underlying its every aspect. It is an attempt to find in its forms, in its colours, in its light, in its shadows, in the aspects of matter and in the facts of life what of each is fundamental, what is enduring and essential--their one illuminating and convincing quality--the very truth of their existence. The artist, then, like the thinker or the scientist, seeks the truth and makes his appeal. Impressed by the aspect of the world the thinker plunges into ideas, the scientist into facts--whence, presently, emerging they make their appeal to those qualities of our being that fit us best for the hazardous enterprise of living. They speak authoritatively to our common-sense, to our intelligence, to our desire of peace or to our desire of unrest; not seldom to our prejudices, sometimes to our fears, often to our egoism--but always to our credulity. And their words are heard with reverence, for their concern is with weighty matters: with the cultivation of our minds and the proper care of our bodies, with the attainment of our ambitions, with the perfection of the means and the glorification of our precious aims.

It is otherwise with the artist.

Extrait en français
Confronted by the same enigmatical spectacle the artist descends within himself, and in that lonely region of stress and strife, if he be deserving and fortunate, he finds the terms of his appeal. His appeal is made to our less obvious capacities: to that part of our nature which, because of the warlike conditions of existence, is necessarily kept out of sight within the more resisting and hard qualities--like the vulnerable body within a steel armour. His appeal is less loud, more profound, less distinct, more stirring--and sooner forgotten. Yet its effect endures forever. The changing wisdom of successive generations discards ideas, questions facts, demolishes theories. But the artist appeals to that part of our being which is not dependent on wisdom; to that in us which is a gift and not an acquisition--and, therefore, more permanently enduring. He speaks to our capacity for delight and wonder, to the sense of mystery surrounding our lives; to our sense of pity, and beauty, and pain; to the latent feeling of fellowship with all creation--and to the subtle but invincible conviction of solidarity that knits together the loneliness of innumerable hearts, to the solidarity in dreams, in joy, in sorrow, in aspirations, in illusions, in hope, in fear, which binds men to each other, which binds together all humanity--the dead to the living and the living to the unborn.

It is only some such train of thought, or rather of feeling, that can in a measure explain the aim of the attempt, made in the tale which follows, to present an unrestful episode in the obscure lives of a few individuals out of all the disregarded multitude of the bewildered, the simple and the voiceless. For, if any part of truth dwells in the belief confessed above, it becomes evident that there is not a place of splendour or a dark corner of the earth that does not deserve, if only a passing glance of wonder and pity. The motive then, may be held to justify the matter of the work; but this preface, which is simply an avowal of endeavour, cannot end here--for the avowal is not yet complete. Fiction--if it at all aspires to be art--appeals to temperament. And in truth it must be, like painting, like music, like all art, the appeal of one temperament to all the other innumerable temperaments whose subtle and resistless power endows passing events with their true meaning, and creates the moral, the emotional atmosphere of the place and time. Such an appeal to be effective must be an impression conveyed through the senses; and, in fact, it cannot be made in any other way, because temperament, whether individual or collective, is not amenable to persuasion. All art, therefore, appeals primarily to the senses, and the artistic aim when expressing itself in written words must also make its appeal through the senses, if its highest desire is to reach the secret spring of responsive emotions. It must strenuously aspire to the plasticity of sculpture, to the colour of painting, and to the magic suggestiveness of music--which is the art of arts. And it is only through complete, unswerving devotion to the perfect blending of form and substance; it is only through an unremitting never-discouraged care for the shape and ring of sentences that an approach can be made to plasticity, to colour, and that the light of magic suggestiveness may be brought to play for an evanescent instant over the commonplace surface of words: of the old, old words, worn thin, defaced by ages of careless usage.

Biographie
The sincere endeavour to accomplish that creative task, to go as far on that road as his strength will carry him, to go undeterred by faltering, weariness or reproach, is the only valid justification for the worker in prose. And if his conscience is clear, his answer to those who in the fulness of a wisdom which looks for immediate profit, demand specifically to be edified, consoled, amused; who demand to be promptly improved, or encouraged, or frightened, or shocked, or charmed, must run thus:--My task which I am trying to achieve is, by the power of the written word to make you hear, to make you feel--it is, before all, to make you see. That--and no more, and it is everything. If I succeed, you shall find there according to your deserts: encouragement, consolation, fear, charm--all you demand--and, perhaps, also that glimpse of truth for which you have forgotten to ask. To snatch in a moment of courage, from the remorseless rush of time, a passing phase of life, is only the beginning of the task. The task approached in tenderness and faith is to hold up unquestioningly, without choice and without fear, the rescued fragment before all eyes in the light of a sincere mood. It is to show its vibration, its colour, its form; and through its movement, its form, and its colour, reveal the substance of its truth--disclose its inspiring secret: the stress and passion within the core of each convincing moment. In a single-minded attempt of that kind, if one be deserving and fortunate, one may perchance attain to such clearness of sincerity that at last the presented vision of regret or pity, of terror or mirth, shall awaken in the hearts of the beholders that feeling of unavoidable solidarity; of the solidarity in mysterious origin, in toil, in joy, in hope, in uncertain fate, which binds men to each other and all mankind to the visible world. It is evident that he who, rightly or wrongly, holds by the convictions expressed above cannot be faithful to any one of the temporary formulas of his craft. The enduring part of them--the truth which each only imperfectly veils--should abide with him as the most precious of his possessions, but they all: Realism, Romanticism, Naturalism, even the unofficial sentimentalism (which like the poor, is exceedingly difficult to get rid of,) all these gods must, after a short period of fellowship, abandon him--even on the very threshold of the temple--to the stammerings of his conscience and to the outspoken consciousness of the difficulties of his work. In that uneasy solitude the supreme cry of Art for Art itself, loses the exciting ring of its apparent immorality. It sounds far off. It has ceased to be a cry, and is heard only as a whisper, often incomprehensible, but at times and faintly encouraging.

Extrait de "Au cœur des ténèbres"
Joseph Conrad et le démon de l’avidité
Sometimes, stretched at ease in the shade of a roadside tree, we watch the motions of a labourer in a distant field, and after a time, begin to wonder languidly as to what the fellow may be at. We watch the movements of his body, the waving of his arms, we see him bend down, stand up, hesitate, begin again. It may add to the charm of an idle hour to be told the purpose of his exertions. If we know he is trying to lift a stone, to dig a ditch, to uproot a stump, we look with a more real interest at his efforts; we are disposed to condone the jar of his agitation upon the restfulness of the landscape; and even, if in a brotherly frame of mind, we may bring ourselves to forgive his failure. We understood his object, and, after all, the fellow has tried, and perhaps he had not the strength--and perhaps he had not the knowledge. We forgive, go on our way--and forget.

L'Afrique dans la poésie occidentale
de Baudelaire à Pasolini
Gérald Arnaud
And so it is with the workman of art. Art is long and life is short, and success is very far off. And thus, doubtful of strength to travel so far, we talk a little about the aim--the aim of art, which, like life itself, is inspiring, difficult--obscured by mists; it is not in the clear logic of a triumphant conclusion; it is not in the unveiling of one of those heartless secrets which are called the Laws of Nature. It is not less great, but only more difficult.

To arrest, for the space of a breath, the hands busy about the work of the earth, and compel men entranced by the sight of distant goals to glance for a moment at the surrounding vision of form and colour, of sunshine and shadows; to make them pause for a look, for a sigh, for a smile--such is the aim, difficult and evanescent, and reserved only for a very few to achieve. But sometimes, by the deserving and the fortunate, even that task is accomplished. And when it is accomplished--behold!--all the truth of life is there: a moment of vision, a sigh, a smile--and the return to an eternal rest.
1897. J. C.

Traduction en Français, some rigths reserved

Joseph Conrad 1904

Préface / Le Nègre du Narcisse (1897)


Webgraphie

Le S.E.L. de Fontenay-sous-Bois émerge

Chaise à sel
Ancienne chaise à sel.
Destinée à cacher le sel
aux yeux des controleurs
de l'impôt sur le sel ou gabelle.
Nous sommes curieux.

Qu'est-ce qu'un sel ou Système d'échange local ?

"Un système d'échange local (ou SEL), nous dit Wikipédia, est un système d'échange de produits ou de services construit à côté du système monétaire classique. Classé généralement dans l'économie sociale et solidaire, il s'appuie dans une large mesure sur les mêmes bases que l'économie de marché.
Les SEL sont des associations déclarées ou de fait à but non lucratif, qui permettent à leurs membres de procéder à des échanges de biens, de services et de savoirs, sans avoir recours à la monnaie gouvernementale (ou supra-gouvernementale dans le cas de l'euro)".

L'article de Wikipédia, nous apprend beaucoup sur les S.E.L. Bien que l'encyclopédie en ligne déclare  ne pas citer suffisamment ses sources depuis janvier 2008  — aucun membre d'un S.E.L. disponible pour permettre à cet article d'atteindre la qualité exigée ? (effet distribution des savoirs pour tous)—, nous vous invitons à lire au moins le chapitre Fondations (réduction du temps) de travail pour moi).

Quel est l'intérêt d'un S.E.L ?


Toujours d'après Wikipédia "Selon ses défenseurs, si l'intérêt fondamental des SEL est de permettre de nouvelles activités et d'introduire de nouveaux flux monétaires, afin de pallier le manque de monnaie traditionnelle des participants, ils permettent surtout de créer des liens, de favoriser la création de biens et de services et surtout leur échange au sein du groupe, qui s'assimile finalement à un grand groupe d'entr'aide".

Le S.E.L. de Fontenay-sous-Bois a trouvé cette année une nouvelle activité : la commémoration des abolitions des traites et des esclavages. Les objectifs étant pour ce qui concerne la Société d'histoire 94120, des créer des liens, d'échanger des biens et services, favoriser la participation d'un nombre toujours plus grand de citoyens. Bref, de nous entr'aider pour que l'événement annuel soit toujours mieux réussi à Fontenay-sous-bois et que les objectifs mutuels soient atteints.

Le S.E.L. de Fontenay-sous-Bois a une administratrice, Isabelle. Isabelle est informaticienne. Et ça, nous le savons avec notre projet Ocarina les Outremers et notre distribution Ocarinabuntus, ça vaut beaucoup de

Dans le panier des commémorations, le S.E.L. de Fontenay-sous-Bois met plusieurs événements. Csgd94120 participera au jury du concours de poésie et nous sommes allés voir le film Living without money proposé par le S.E.L 94120. ce samedi 14 avril à la Maison du citoyen et de la vie associative. Isabelle nous ayant invités et mon intérêt pour la compréhension mutuelle étant très grand.

Le monde des S.E.L. est complexe, du fait même qu'ils reproduisent une économie parallèle qui "s'appuie dans une large mesure sur les mêmes bases que l'économie de marché". L'invitation que nous avons reçue montre cette complexité. Nous la reproduisons ci-contre afin qu'elle devienne une source, une archive, pour nos membres désireux d'écrire de l'histoire.

L'aventure de Heidemarie Schwermer


I had everything I needed, I had a house and I had raised two children. I gave it all away.” Voici comment commence l'aventure qui dure depuis 16 ans.

La vidéo résume bien le film. Deux moments manquent pour une meilleure compréhension : celui de l'échange d'un crayon contre tout un tas de choses utiles et le moment où Heidemarie craque au cours d'un show télévisé : l'efficacité du projet à communiquer avec les outils actuels les plus sophistiqués était brusquement entré en contradiction avec le discours et la philosophie du discours.

Un remake de Black Like Me ?

US Slave Free 1789-1861 C'est l'idée qui m'est venue.
Dans la peau d'un Noir (titre original Black Like Me, « Noir comme moi ») est un récit auto- biographique écrit entre le 28 octobre 1959 et le 17 août 1960 par John Howard Griffin, écrivain et journaliste américain, et publié en 1961. La publication française suivra de peu, l'année suivante (1962). Ce livre est une expérience de six semaines pour Griffin, blanc de Mansfield au Texas, grimé en afro-américain, avec pour objectif de connaître la réalité de l'existence d'un Noir dans le sud des États-Unis. John Howard Griffin avait-il atteint son objectif en six semaines ? Je ne pense pas qu'il a pu vivre sans monnaie une vie "based on exchanging favors". Il n'y avait pas de faveur pour les Afridescendants dont les parents avaient été il y a moins d'un siècle esclaves ! L'esclavage commence en 1619 dans les colonies britanniques qui vont devenir les Treize colonies. Il est définitivement aboli aux USA en 1865.

Expérimenter les fonctions des dotations initiales économiques et culturelles ?

S'agit-il pour Heidemarie Schwermer de tester les analyses et thèses de Pierre Bourdieu (1930-2002), sociologue français sur les mécanismes de reproduction des hiérarchies dans un monde social où la violence symbolique, c’est-à-dire la capacité à perpétuer des rapports de domination en les faisant méconnaître comme tels par ceux qui les subissent, joue un rôle central ? Les sociologues présents lors de la projection du film et du débat nous le diront dans leurs conclusions.

Conclusions


Au-delà du bon diverstissement qui nous transporte dans des mondes étranges, le film Living without money interroge sur l'économie aujourd'hui, l'échange, la monnaie et les solidarités. Thèmes que Csgd94120 propose d'explorer le samedi 28 avril prochain. Il s'agira de débattre et pas seulement de poser des questions. Nous espérons y rencontrer des selistes en nombre.

L'entrée est libre.
Soyez les bienvenus

Webgraphie

Pour plus d’informations sur le projet «Questions de Sciences, Enjeux Citoyens» :
  1. Le site internet : www.qsec.fr
  2. Le blog :www.leblog-qsec.fr

vendredi 13 avril 2012

Les cultures secondaires d'exportation à partir de la Guadeloupe

Le développement de la Guadeloupe depuis lesAmérindiens jusqu'aux dernières décennies du XXème siècle a été basé sur l'agriculture. La place de certaines cultures, la canne à sucre et la banane essentiellement, est dominantes dans l'économie tandis que d'autres sont secondaires.

Ce sont ces cultures secondaires qui ont fait l'objet d'une exposition réalisées par les Archives départementales de la Guadeloupe en partenariat avec l'Académie de la Guadeloupe. Citons les dans le même ordre alphabétique que Lameca réalise sur le même thème une exposition virtuell.

Cacao •  Café -Campêche •  CanifacierCitron - CochenilleCotonGingembreIndigoManiocMûrier •  MuscadeRamieRizRocouTabacVanilleVigne

Histoire industrielle, histoire économique & sociale

Déclin de l'agriculture
de la Guadeloupe.

Olivier Roche sur son site o.R fournit des informations appréciables vers lesquels nous orienterons nos lecteurs.

En tout premier lieu le graphique ci-contre qui montre le déclin de l'agriculture de la Guadeloupe à partir de l'abolition de 1848.

Il nous appartient de mettre les informations recueillies sur le net en perspective historique sur la très longue durée et à l'échelle planétaire.

Sur la très longue durée car les plantes dont nous parlons sont cultivées et transformées par les Humains depuis leur origine et tout au long de leurs migrations sur la Planète. C'est le cas du coton qui retiendra particulièrement notre attention.

Sur la longue durée tabac dont l'histoire est singulière.  Plante endogène aux Amériques, elle s'est répandue sur la Planète et son usage aujourd'hui diffère totalement de l'usage qu'en faisaient les Amérindiens.

Nous travaillerons à l'échelle planétaire. En effet, des cultures qui sont secondaires en Guadeloupe ne le sont pas ailleurs en France. C'est le cas de la vanille qui, après sa sortie de son berceau écologique, commence son développent industrielle grâce à l'ingéniosité d'un esclave de La Réunion, Edmond Albius.

La Guadeloupe, archipel
Pour les besoins de notre exposition à Fontenay-sous-Bois, nous adopterons un plan qui réparti les 18 cultures secondaires de la Guadeloupe selon leurs usages, contemporain. Le tabac, plante des origines, méritant un traitement différent.

Le lecteur retrouvera, tout au long de notre récit les images utilisées pour l'exposition "Les cultures secondaires d'exportation à partir de la Guadeloupe" du 27 avril au 13 mai 2012, à la Maison du citoyen et de la vie associative, 16, rue du Révérend Père Aubry, 94120 Fontenay-sous-Bois, Rer Val de Fontenay puis bus 124.

Aliments, Boissons, patisseries, &c

Le Cacao
Le Café

Epices

Le Gingembre
La Muscade

La Vanille


Féculents
Le Manioc
Le Riz

Fruits

Le Citron
La Vigne ou raisin

Plantes tinctoriales

Le Roucou
Le (bois de) Campêche
Le Canifacier ou casse
La Cochenille
L'Indigo

Textiles

Le Coton
La Ramie
Le Mûrier

Le thème 2012 de l'exposition

Les cultures en carrés

SquareFootGardening
Modélisation de la méthode

Grigny, près de Lyon, commémore le 10 mai 2012


jeudi 12 avril 2012

La mise en culture des jardins parisiens sous la Révolution française

Salle Irène Legal
Les Grands Chemins, n° 4.

Société d'histoire 94120 Saint-Georges & Dalayrac
94120 Fontenay-sous-Bois
27 avril - 13 mai 2012

Entre la ville et la campagne, le partage des territoires et le contrat social
Salle Irène Legal
Bois Cadet
94120 Fontenay-sous-Bois


18:00 -18:40
La mise en culture des jardins parisiens
sous la Révolution française

Conférences par Aurélien Larne
Etudiant en master II, histoire
Paris 7 Denis Diderot

LibertyEqualityorDeath
Devise républicaine
proposée par Robespierre
Convention nationale, 5 décembre 1790
Placée par J. N. Pache
sur les murs des édifices publics parisiens

La Révolution française intervient dans une France rurale. Si le marché des grains (blé…) est très organisé, l'alimentation des villes en légumes frais, produits laitiers, protéines animales reste fragile. Dans les villes, les familles, nobles et bourgeoises mais aussi celles de condition modeste, disposent de jardins attenants à leur maison.

Créé, à la fin du XVIIème siècle, le Grand Carré du potager du roi à Versailles nous donne une bonne idée de ce qu’était un jardin urbain au moment de la Révolution française.

Tout au long de l’an II, les Parisiens furent bien approvisionnés en pain et en denrées de première nécessité grâce à un système de contrôle des échanges. La seule exception concerne la disette de viande dont les causes dépassent largement la période révolutionnaire. En 1794, les Montagnards, à la Convention nationale, le mouvement populaire et la Commune de Paris en vinrent à l’idée que, pour remédier à la disette réelle de viande, tous les jardins de la capitale devaient être mis en culture.

Sections parisiennes
Albert SOBOUL et Raymonde MONNIER
Répertoire du personnel sectionnaire parisien en l’an II,
Paris, Publications de la Sorbonne, 1985.
Le 9 février 1794, le Conseil général de la Commune de Paris décida de recenser tous les jardins de la capitale qui ne produisaient pas encore de subsistances afin de les mettre en culture.

Sous la Convention montagnarde, 2 juin 1793 – 27 juillet 1794– 9 thermidor an II, la capitale était divisée en quarante-huit quartiers ou sections. Les habitants de chaque section se réunissaient en assemblées générales pour administrer leur quartier et pour élire les agents qui exécutaient les lois et les arrêtés de la Commune.

Par exemple, ils élurent des comités révolutionnaires qui furent chargés de veiller à la mise en culture des jardins parisiens. Cette mesure fut appliquée pour les jardins privés. Un programme à long terme fut également élaboré pour mettre en culture les jardins des domaines nationaux.

La défense du droit à l’existence

Pache 2497
Jean-Nicolas Pache (1746 - 1823)
Façade de l'Hôtel de Ville de Paris
Jean-Nicolas Pache est né en 1746, à Verdun, dans une famille d'origine suisse. En 1780, il devint premier secrétaire du ministre de la Marine de Louis XVI, le maréchal de Castries. Pendant la Révolution française, il fut d’abord ministre de la Guerre, du 3 octobre 1792 au 4 février 1793, période durant laquelle il eut à traiter des questions de subsistances. Puis, le 14 février 1793, il fut élu maire de Paris avec 11 881 suffrages sur 15 191 votants, fonction qu’il occupa jusqu’à son arrestation le 10 mai 1794 – 21 floréal an II.

AduC 122 Pache (J.N., 1746-1823)
Pache, maire de Paris en 1793 et 1793, soutint tout au long de son mandat le projet de société montagnard dont le but était d’assurer le droit à l’existence de tous les citoyens de la République. Dans ce but, il défendit la mise en culture des jardins parisiens afin d’augmenter la production de subsistances. 


 

Potager du roi Grand Carre

Potager du roi, Grand Carré, Versailles

mardi 10 avril 2012

10 mai 2012, Fontenay-sous-Bois

II - PROGRAMMATION DES INITIATIVES 2012 La cérémonie officielle aura lieu le Jeudi 10 mai 2012 à 18 heures - Parc Hôtel de Ville - Sculpture d'Héloïse ou... la fille des Trois-Rivières, présidée par Monsieur le Maire - Intervention et dépôt de gerbes.

lundi 9 avril 2012

Programme Csgd94120 10 mai 2012

•~•~•~• 
Thème 2012 : Cutures en carrés 
•~•~•~•
•~•~•~•

27 avril - 13 mai 2012
94120 Fontenay-sous-Bois
Commémoration des abolitions des traites et des esclavages
Société d'histoire 94120 Saint-Georges & Dalayrac
Entre la ville et la campagne, le partage des territoires et le contrat social.


Maison du citoyen et de la vie associative

27 avril - 12 mai 2012

Véranda de la Maison du citoyen et de la vie associative
A partir d'un échange avec les Archives départementales de la Guadeloupe à propos de leur exposition Du tabac au riz, les cultures secondaires en Guadeloupe.

Samedi 28 avril 2012

14:00 -15:00 • Inauguration de l'exposition
14:00 -17:30 • Introduction aux logiciels et licences libres
Les connaissez-vous ? Ils vous aident dans la gestion de vos associations. Ce sont de précieux auxiliaires pour la construction de la mémoire et de l'histoire. Ils contribuent à l'activité de la Société d'histoire 94120.
Avec OpenStreetMap & Csgd94120, construisons une carte citoyenne de Fontenay-sous-Bois.

Salle Irène Legal

16:00 -17:50 • L'avenir est ailleurs, film d’Antoine Léonard Maestrati
L'avenir des générations Bumidom est aujourd'hui un présent.
La migration organisée des Domiens par le Bumidom a été analysée comme un acte néo-colonial destiné à faire disparaître par substitution les populations autochtones des Quatre vieilles colonies de l'ancien empire français d'avant les révolutions à la Guadeloupe et à Saint-Domingue (1789 – 1804).
Dans le prolongement de l'exposition « Périssent les colonies plutôt qu'un principe », réalisée en 20111 à Fontenay-sous-Bois, et à la lumière du droit naturel en révolution durant la Révolution française, nous proposons de réfléchir aujourd'hui à cette saignée des peuples des départements d'outremer comme à un exode rural pas comme les autres. Quelles transformations de la dotation économique initiale s'est opérée depuis 1963. Les hommes et les femmes qui ont migré ont-ils gagné à la mobilité ? Comment ont-ils contribué à la construction de la nation française, entendant par « nation » un peuple souverain avec une constitution et un gouvernement.
Animation : Théo Lubin
18:00 -18:40 •. La mise en culture des jardins parisiens sous la Révolution française =>
Conférences par Aurélien Larne, étudiant en master II d'histoire, Paris 7 Denis Diderot
Comment nourrir Paris aux temps des Révolutions atlantiques ? A Paris, sous la Convention en 1794, le mouvement populaire, la Commune et les Montagnards en vinrent à l’idée que, pour remédier à la disette réelle de la viande, tous les jardins de la capitale devaient être mis en culture. La mesure décidée par la Convention nationale fut appliquée pour les jardins privés. Un programme à long terme fut également élaboré pour mettre en culture les jardins des domaines nationaux. Cet événement est à replacer dans le projet de société des révolutionnaires, dont le but était la réalisation du droit à l’existence de chaque individu.
Csgd94120 propose cette conférence pour nourrir le débat sur le droit à l'existence et la satisfaction des besoins fondamentaux des Humains. Comment assurer la subsistance de la planète tout en respectant les équilibres écologiques. Quelle économie politique ? Quelles alliances et quelles pratiques ?
Bibliographie
Pour les DFA, Ibis Rouge propose 
• Histoire, Julien Touchet, Botanique et colonisation en Guyane Française, (1720-1848). Voir l'introduction =>
Jean Samuel Guisan (†) & Kristen Sarge & Yannick Le Roux, Le Vaudois des terres noyées. Jean Samuel Guisan, Ingénieur à la Guiane française, (1777-1791).
•  Histoire, Régis Verwimp, Les jésuites en Guyane française sous l'Ancien Régime, (1498-1768).
18:40 -19:20 • Naissance du préjugé de couleur à Saint-Domingue
Compte-rendu de lecture par Stella Speno, étudiante en master II d'histoire, Paris 7 Denis Diderot.
Qu’est-ce qu’un " noir ", un " métis ", un " blanc " en plein siècle des Lumières, alors que la France pense créer la figure de l’homme universel ? Qui a inventé la " couleur de peau " ?
En écho à l'exposition 2011, Périssent les colonies plutôt qu'un principe, Csgd94120 propose une lecture collective de l'ouvrage de Florence Gauthier L’aristocratie de l'épiderme.- Le Combat de la Société des Citoyens de Couleur,1789-1791, où nous découvrons les nouveaux intellectuels de la grande colonie française de Saint-Domingue nourris au droit naturel et soucieux du respect du bien commun.
La terre vint à manquer à Saint-Domingue.
Les hommes de couleur libre accèdent de plus en plus souvent à la propriété du sol, à l'instar de Julien Raimond ou de Toussaint Louverture. L'aristocratie de l'épiderme ou préjugé de couleur s'invente alors à Saint-Domingue pour conserver la propriété du sol à la caste des colons.
Florence Gauthier L’aristocratie de l'épiderme - Le Combat de la Société des Citoyens de Couleur, 1789-1791 • 2007 ISBN 2271065763 • Éd. CNRS
19:30 -21:00 • Agro-industrie, agriculture, horticulture, solidarités internationales
Wilson Bigaud (1951). Le paradis terrestre
Musée d'art haïtien.
L'histoire et le droit naturel donne des outils pour débattre entre citoyens.
Les humains peuvent-ils produire la terre et reconstituer les sols ? Fontenay-sous-Bois peut-elle intégrer cette réflexion dans ses actions sociales et solidarités internationales ? Quelles propositions durant la période électorale en cours  ?
Le jardinage en carrés est-il pratiqué par les Haïtiens ?
Après le séïsme de 2010, produire soi-même son alimentation était une urgence : Il faut leur donner l'espoir qu'il y aura de la nourriture et que cette nourriture, ils l'auront eux-mêmes produite, estimait Cristina Amaral. Il faut mettre fin à la dépendance aux supports étrangers. Qu'en est-il dans le réel ?
HaïtiVerdir, est un projet de Csgd94120 depuis 2004.

Parc de l'Hôtel de ville

Jeudi 10 mai 2012  • 18:00
Cérémonie officielle de commémoration des abolitions des traites et des esclavages
00:00 • Sur Internet, Lancement de Ocarinabuntus 2.0
Distribution Ubuntu pour l'enseignement et la recherche
en sciences humaines et sociales.
Dimanche 13 mai 2012  • 10:00
Csgd94120 participe à la journée citoyenne en parallèle avec l'Ubuntu-Party qui se tient à la Cité des sciences de La Villette les 12 & 13 mai 2012.